La première fois où j’ai compris que les mots avaient un impact…

Je ne saurai pas dire avec précision à quel âge commence mon histoire, mais le premier souvenir que j’en ai se passe à l’âge de 6 ans et demi à ma rentrée en élémentaire.

C’était le moment où j’apprenais à écrire les chiffres, j’étais donc chez moi avec une personne qui m’aidait à réaliser mes devoirs. Arrivée à l’écriture du chiffre « 8 », cette personne me dit avec un ton fâché de recommencer parce que le chiffre n’est pas assez bien fait. Je m’exécute donc, mais le chiffre n’est toujours pas assez bien écrit à son goût, et cette personne décide donc de me taper en me disant des phrases comme « Comment c’est possible que tu n’y arrives pas ? », « Mais tu es vraiment bête ! »,… Jusqu’à ce que le chiffre soit (selon cette personne) bien fait.

Au fil du temps, les termes employés ont été de plus en plus violents. J’ai été traitée de « pute » à l’âge de 9 ans, d’impolie, d’incapable, d’enfant qui n’allait jamais se marier, d’enfant négligent,… Tellement les mots étaient durs, je me suis habituée à entendre ce genre de paroles.

A mon tour, je suis devenue une personne blessante verbalement sans pour autant m’en rendre compte. Mais au fond de moi j’étais tellement blessée que j’ai voulu mettre fin à ma vie 2 fois. Cette deuxième fois je me suis sentie partir, mais une « force » me gardait en vie.

Puis le plus beau jour de ma vie est arrivé, celui où j’ai rencontré Jésus. Il m’a fait comprendre que je comptais à ses yeux malgré tout ce que j’ai pu entendre. Il m’a consolée et m’a remplie de son amour.

Après ma rencontre avec Jésus, j’ai appris à condamner ces paroles et ne pas les garder dans mon cœur. Mais surtout j’ai appris qu’on ne rend pas la haine par la haine.

Toute cette histoire m’a permis de prendre conscience que les mots créés, mais surtout qu’ils ont un impact considérable dans la vie. J’ai appris à aimer celui qui me fait mal de la même façon que celui qui me fait du bien. J’ai tout simplement appris à être comme Jésus le voudrait.

A toi qui m’as lue, sache que les mots peuvent créer ou tuer, donner la vie ou la mort, mais il est préférable qu’ils donnent la vie !

Anonyme

Vous souhaitez publier votre premier fois sur le blog ? envoyez votre histoire en remplissant le formulaire