Je suis née Musulmane, je n’ai pas choisi de l’être mais on m’a enseigné cette voie-là. J’ai grandi en
pensant qu’il n’y avait aucune autre voie que celle que l’on m’a enseignée avec tant d’amour. Aucun Dieu n’est plus grand qu’Allah disait maman. Je l’ai crue, et je me suis mise à chercher ce Dieu-là. Je ne savais pas ce que je cherchais exactement mais une chose est sûre j’avais soif. Dès mon plus jeune âge, on m’a mise dans une école pour étudier le coran, on m’a enseigné comment prier et à développer les valeurs selon cette religion.

Je me rappelle que vers mes 12 ans j’ai commencé à lire la bible en cachette car à cette époque on
hébergeait l’enfant d’une amie à ma grand-mère qui était chrétienne. J’étais fascinée par les miracles, les histoires qui se déroulaient dans ce grand livre. Je me suis dit : « moi aussi je veux vivre tout ce que ces gens ont vécu ». C’était sans savoir que les paroles ont une puissance ! Quelques années plus tard, j’avais envie d’en savoir encore plus sur ce livre mystérieux. Je continuais de le lire comme on lit un livre banal, je lisais sans comprendre la profondeur ni la signification de certains mots mais une chose était sûr chaque parole que je lisais transformaient mon être entier. Chaque phrase nourrissait mon esprit petit à petit sans même que je m’en rende compte.

C’est en 2005 que je suis venue en Europe, j’ai rejoint mon père, ma belle-mère, mes sœurs et frères.En rejoignant une nouvelle famille, je renonçais à l’autre. J’ai mal vécu ce changement car je devais m’adapter à un nouveau style de vie. Une adolescence mouvementée et surtout sombre, j’étais entourée mais pourtant je me sentais si seule. J’ai vécu pendant longtemps un sentiment de rejet et je me suis souvent sentie comme une personne non désirée dès le départ. Pourtant la bible nous assure qu’il nous connaît depuis le ventre de notre mère. Je ne comprenais pas cette parole jusqu’au jour où j’ai fait la rencontre de Jésus !

La première règle de la maison était que le dimanche nous allions tous à l’église. Que tu sois
musulman ou que tu aies une autre croyance ce n’est pas le problème. Mais sache que quand c’est
dimanche tu vas atterrir à l’église malgré toi. La personne à l’origine de cette règle était ma belle-
mère, Dieu seul sait à quel point je la détestais pour ça. Je me demandais qui elle était pour se
permettre de défaire les valeurs que ma mère m’a transmises ? Maintenant je me rends compte que c’était une connexion divine que le Seigneur m’a envoyée depuis le début ! Celle qui allait
m’accompagner dans une nouvelle vie. Je ne trouverais jamais assez de mots pour lui dire à quel
point je suis reconnaissante pour sa vie.

Août 2011, j’ai décidé de donner ma vie au Christ, il s’est passé tellement de choses entre 2005 et
2011. J’ai connu des moments de doutes, des crises d’identité, de la rébellion ! Mais un jour, j’ai
décidé d’ouvrir la porte de mon cœur et en ouvrant cette porte, j’ai été inondée par une pluie de
guérisons et de restaurations. Mon baptême était connu de ma famille chrétienne mais pas de ma
famille en Afrique… Je ne pouvais pas leur dire, parce que je ne voulais pas être rejeté, ni
abandonnée par les personnes que j’aimais le plus. Comment dire à la personne que j’aime le plus
que j’ai découvert celui qui est le chemin, la vérité et la vie ? Et que cette personne n’a rien à voir
avec tout ce qu’ils m’ont enseigné ? Alors j’ai préféré me taire et faire semblant d’être encore
musulmane.

Quelques années plus tard j’ai décidé de témoigner de ma foi à ma famille ! Ce que je redoutais le
plus dans ma vie est arrivé : le rejet, l’incompréhension, la tristesse d’une mère… C’était très dur.

Aujourd’hui je peux dire sans hésiter que c’est la meilleure décision que j’ai prise depuis que je suis sur cette terre. C’est en recevant une nouvelle identité en devenant chrétienne que j’ai su que Dieu m’a voulue, élue, désirée, consacrée, aimée et créée en un exemplaire unique. Je suis reconnaissante parce qu’il ne m’a jamais laissé tomber ! La minute où je lui ai donné ma vie, il n’a pas cessé de m’étonner. Je suis reconnaissante pour la force, la sagesse que je continue à acquérir sur ce chemin appelé la foi. Juste encourager quelqu’un en lui disant que tout concourt à ton bien. Oui même l’abandon, le rejet, les larmes concourt à ton bien. Je t’encourage à endurer la période de tribulation avec patience, même si cette période se prolonge. La patience conduit à la victoire.
Pour finir avec la famille ça va mieux, Dieu a restauré la relation petit à petit. Je sais que le meilleur est à venir et que Dieu est au contrôle.
Et si à ton tour tu me racontais où tu en est dans ton cheminement de foi ? 

Naila Luzitu
Les derniers articles par Naila Luzitu (tout voir)